C’est les vacances pour Helpy !

C’est les vacances pour Helpy !

Ah! enfin les vacances!

Toute l’équipe d’Helpy est en repos …
Dernier post avant la rentrée … Il faut que je vous racontes :

Notre week-end entre mère et fille !

Il y a 10 jours, nous avons programmé, ma maman et moi, un petit week-end entre mère et fille au bord du lac du Bourget. A l’origine c’était pour éviter à maman de subir des nuisances de travaux prévus dans sa salle de bain (mise en place d’une douche de plein pied et sécurisée).

Mais, très vite, cette escapade fut notre moment de récompense à toutes les deux. Récompense après ces temps incertains où malheureusement rien ne fut simple, et pour elle et pour moi.

Maman était si contente qu’elle en a parlé à tout le monde autour d’elle (ortho, ergo, kiné, infirmier, aide à domicile, amis au téléphone …)
Bref c’était la fête.

De mon côté, organiser cela pour elle fut enthousiasmant et pour une fois j’ai essayé de ne pas trop anticiper les choses, afin de pouvoir improviser sur place en fonction de sa fatigue et de ses envies.

Le voyage fut rapide depuis Lyon.

Arrivées à l’hôtel et enfin installées dans notre petite chambre (avec une jolie vue sur le lac), maman n’était pas trop rassurée de devoir se mêler à l’agitation des vacanciers. Elle était fébrile de devoir se déplacer dans un univers inconnu. Mais à la vue du lac, si beau et en respirant l’air pur des proches montagnes, elle s’est apaisée.

Prendre son temps, et se reposer, était notre leitmotiv.

Elle était même tellement détendue que le lendemain elle s’est baignée avec moi à la piscine de l’hôtel.
Quelle franche rigolade.
Au départ elle boudait un peu sur son transat, emmitouflée dans son peignoir de curiste, des tongs inconfortables vissées aux pieds. Trop froid, trop de monde… puis petit à petit…
Et hop on enlève les tongs, et hop on s’attache les cheveux, et hop nous voilà dans les bulles à rigoler plus fort que tout le monde.
Hyper heureuses. Ce fut un des meilleurs moments que j’ai passé avec elle !
Un vrai bonheur de la voir si enjouée.
Conclusion : elle ne voulait plus sortir.

« On est comme des princesses… »

Elle a vite pris gout aux petits plaisirs de se faire chouchouter mais aussi de prendre soin d’elle.

Ses troubles et son appréhension dues à la maladie ne la gênaient plus… oubliés … et de mon côté, la voyant si libérée, je me suis mise à imaginer que la maladie n’était plus là…

Une parenthèse enchantée qui nous a fait un bien fou et a renforcé notre complicité.

Elle était mère, et moi fille.
Et rien que pour ça, c’était formidable!

En conclusion, sachez profiter de tous les bons moments avec votre proche.

Faites lui confiance, prenez le temps de faire les choses avec lui/elle et surtout décompressez ensemble en posant le cadre qui saura vous plaire et vous rassurer.

Bel été !

S’inscrire à la newsletter

Tweetez
Partagez
Partagez